NOUVEAUTÉ 2018 : Film-témoignage des femmes et filles de marins

Afin de donner sens et vie à la mémoire des habitants de l’ile et en particulier au rôle fondamental des Ildarhaises responsables de l’ile pendant des décennies remplaçant leur époux naviguant dans toutes les mers du monde, un nouveau film-témoignage des femmes et filles de marins de 20mn est désormais visible dans le musée (projection publique le samedi 31 mars à 18h30 dans le musée).

 

CONFÉRENCE SUR LES CAP-HORNIERS : Samedi 24 février, 14h30

CHRONIQUES du CAP HORN  

Vie des marins sur les grands voiliers de la Marine Marchande de 1850 à 1925 Conférenciers : Yvonnick et Brigitte LE COAT Présentation de la conférence : La route du cap Horn est des plus difficiles, mais, il y a 150 ans, il n’y en avait pas d’autre pour passer, par mer libre, de l’Atlantique au Pacifique. Quelques dizaines d’hommes sur des navires de près de 100 mètres de long, avec des mâts qui s’élevaient à 50 mètres au-dessus du pont portant plus de 4 000 mètres carrés de toile. Des mois sans voir la terre, un huis clos qui durait huit mois et plus, voire des années. L’épopée de ces hommes est présentée à travers leur voyage depuis différents ports d’armement en France jusqu’aux rades de nitrate du Chili, aux réserves de céréales de Californie, d’Oregon et d’Australie, aux ports à grumes du Puget Sound ou aux mines de nickel de Nouvelle-Calédonie. Une première escale était souvent un port charbonnier de Grande-Bretagne. Des lettres de Cap-Horniers et des photographies trouvées chez leurs descendants témoignent avec force de la vie de ces grands professionnels de la Marine marchande. Les Cap-Horniers ont joué un rôle important pendant la Grande guerre. Mais, en hâtant le développement des machines à vapeur, la guerre a condamné les voiliers à la démolition. Navires et équipages ont à jamais disparu. Cependant les marins nous ont laissé leurs valeurs, courage, ténacité et solidarité, indispensables à chacun pour construire la confiance en soi. La conférence est accompagnée d’un montage vidéo PowerPoint et de lecture de lettres de marins.

 

 

 

EXPO TEMPORAIRE “AUTOUR DES SINAGOTS” : samedi 3 mars/lundi 28 mai

Les Amis du Sinagot

Les objectifs de l’association sont les suivants : garder la mémoire des Sinagots et faire vivre ceux de l’association, LES TROIS FRERES,  LE JOLI VENT et le MAB ER GUIP.

1.   Entretenir  les bateaux dans le respect de la tradition.
2.   Permettre à toutes les personnes intéressées d’effectuer des sorties sur le Golfe du Morbihan et parfois dans des eaux plus lointaines : pour cela il suffit de devenir membre de l’association.

Garder la mémoire.
Rechercher en archives et sur le terrain.
Entretenir et développer les archives des A. D. S.
Organiser ou participer à des expositions.

Collecter  des informations.
Enquêter aux Affaires Maritimes, aux archives Maritimes, auprès des habitants de Séné. Contrairement aux autres qui ne gèrent que leur bateau, l’association possède, en fonds propres, un certain nombre de pièces d’archives des XIXème et XXème siècles. Elles servent de base à des expositions (à la Cohue à Vannes de 1977 à 1980, à Capitaine d’un Jour au Parc du Golfe de 2004 à 2007)…

1.   Suivre l’évolution des autres sinagots pour maintenir la flottille actuelle dans le golfe.
Trois sinagots, reconstruits depuis 1981, sillonnent le Golfe et la Baie de Quiberon. Ils sont gérés chacun par une association :

‘’Ma Préférée’’ ex ‘’Nicolas Benoît’’, construit en 1981. Association : les Voiles du Passage de La Trinité sur mer.’
’Jean et Jeanne’’, construit en 1990. Association : Un sinagot pour Séné à Séné.
‘’Crialéïs’’, construit en 1990. Association Pour un Sinagot Ilois à l’Ile aux Moines.
Maintenir en état de naviguer les sinagots Les Trois Frères, le Joli Vent et le Mab Er Guip, propriétés des Amis du Sinagot.