EXPO LIZ HASCOET du MARDI 16 AU DIMANCHE 28 JUILLET

La décision du trait

Approcher un artiste, surtout les premières fois, c’est faire l’expérience d’un trouble particulier : celui qui naît de la différence entre la personne et son œuvre. Tel écrivain peut être solaire, athlétique, mais sombre et torturé dans ses livres. Et de ces décalages les exemples sont innombrables, jusqu’à devenir une sorte de règle. Est-ce à dire qu’il y a mensonge ? C’est bien plutôt l’inverse. Le mensonge est dans le fait d’être le contraire de ce que l’on affiche. Ici ce sont les aspects complémentaires d’une personnalité qui s’expriment : légère sur un plan, plus grave sur un autre. Ce que l’on montre dépend des situations. Les relations sociales et la recherche des biens vitaux ne puisent pas dans les mêmes strates que la création. Liz Hascoët, de ce point de vue, ne déroge pas. Joyeuse, sensible — « une éponge à émotions », dit-elle d’elle-même. Mais elle est aussi, dans le même temps — et cet aspect perce parfois au premier plan —, une artiste douée d’un sens acéré de la direction. Chez elle, tout dérive du dessin, son point de départ et son idéal.

EXPO FRANÇOIS JOUAS-POUTREL dans le hall d’entrée du musée

Pour le jeune François qui vit à Paimpol avec ses parents, tout a commencé par hasard lorsqu’il ouvre un livre trouvé dans une bibliothèque : c’est le récit héroïque d’un gardien de phare. Cette lecture enfantine décidera de sa vie. C’est la naissance d’une vocation…A 21 ans il abandonne ses études de Lettres et rentre aux Phares et Balises. D’abord gardien auxiliaire aux Triagoz (face à la baie de Lannion), aux Héaux de Bréhat puis au Grand Lejon en baie de St Brieuc, il est ensuite affecté au Phare des Roches-Douvres où il restera 21 ans…
Issu d’une famille d’artistes, il s’intéresse à l’art. Entre vie en mer et vie à terre, François dessine et peint avec une maitrise étonnante.
Un soir, dans son phare des Roches-Douvres, il feuillette quelques pages sur un peintre célèbre. Une question lui vient à l’esprit : comment cet artiste aurait-il peint son phare ?
Après un premier dessin, il en fera plus de 60 autres “à la manière de…”

Une partie de ces dessins est exposée dans notre musée.

A voir absolument…

…”

"Il existe trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts et ceux qui vont sur la Mer" – – Aristote