Tous les articles par Daniel LORCY

EXPO RETROSPECTIVE DU PEINTRE BRETON YVES FLOC’H (1906/1990) du 7 mars au 31 décembre 2020

Fils aîné de cultivateurs de Plouguerneau en Finistère Nord, Yves Floc’h  (1906 – 1990) n’a parlé que le breton jusqu’à six ans. Un peu plus tard, ses dons certains pour le dessin le font remarquer par le vicaire de la paroisse, l’Abbé Yann-Vari Perrot, le fondateur du Bleun-Brug. Il peint des décors pour la troupe de théâtre du patronage avant de suivre une formation artistique à Lesneven, à Rennes, aux cours du soir des Beaux- Arts, puis à Paris

Reçu au professorat de dessin en 1933, il enseigne à Saint-Dié. Après la mobilisation et la captivité en Allemagne, il reprend ses cours à Lorient puis à Dinan, en Côtes-d’Armor. Il ne quittera plus Dinan, assurant les cours de dessin au Lycée de garçons puis au Lycée de Filles, jusqu’à sa retraite en 1971.

Peintre impressionniste, élève de Louis-Marie Désiré-Lucas, il aime à se rendre “sur le terrain” pour fixer la lumière et les paysages. En Bretagne, Dinan et ses environs, Douarnenez et le Finistère… Mais aussi lors de ses escapades plus lointaines vers le soleil : la montagne, la Côte d’Azur, l’Italie, l’Espagne. Il y a laissé le souvenir d’un professeur remarquable, d’un animateur enthousiaste, éveilleur de la curiosité artistique, d’un représentant exemplaire du service assumé avec une totale générosité.

REOUVERTURE LE SAMEDI 7 MARS 2020 AVEC UNE EXPO SUR LES TERRE-NEUVAS

QUI SONT LES TERRE NEUVAS ?

Les terre-neuvas sont les pêcheurs qui, du XVIe siècle au XXe siècle, partaient chaque année des côtes européennes pour pêcher la morue sur les grands Bancs de Terre-Neuve, au large du Canada. Ces pêcheurs étaient majoritairement français mais également basques espagnols, portugais et anglais. Cette pêche a pris fin à cause de la raréfaction du poisson à la fin du XXe siècle due à la surpêche. Par extension, le nom de terre-neuvas est aussi donné aux pêcheurs qui ont pratiqué une pêche similaire sur les bancs d’Islande (en Bretagne, ces derniers sont appelés « islandais »). Cette pêche représenta une activité économique importante pour les populations du littoral français. Saint-Malo et Fécamp devinrent d’importants ports de terre-Neuvas. Cette pêche entraina la colonisation et le développement de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, situé à proximité immédiate des bancs, dont le port de Saint-Pierre servait de port de relâche et d’approvisionnement aux navires de pêche.